dimanche 22 janvier 2012

Buddy boating, friendship and openness

Here we are at the end of the first installment of our journey, we know that we will stay in New Zealand for some time. The pace of life and habits will change too. It's time for assesments, I am preparing a post about our favorite places in the South Pacific, our work projects on the boat and I have made a note of household tips ...

Since we were approaching the end of the trip, I wanted to write about the "buddy boating". For those who read the blog regularly, you already know what name will be attached to this post, but it seems important to add the list of benefits.

Little flashback, in April 2011, anchored Atuona, Hiva Oa, we meet Jared and Christine Kibele at a potluck. It was right after a boat had run into our windvane, we were so self absorbed that we had not seen Architeuthis, a Mariner of 31 feet a little sister of Shalimar arrive in the bay. They had noticed and asked who owned the other sister ship and we got acquainted. This may seem a bit strange to start a friendship on a detail like this one (do you stop in the street any driver who would happen to have the same car and refer to them as "buddies of Focus"?), but note that our boats were built a few hundred copies, we run into some in California, but the opportunity to meet another one who would do the same trip seemed quite low. So it was a pretty big surprise.

Outside the boat itself, we had other things in common. Christine and I are about the same age and a little trouble staying in one place. We all lived in California (North for them, South for us). Jared and Ryan also are roughly the same age, each with a young wife :) and like to go spear fishing ... Of course we’re also very different with two Californians, a New Yorker and Parisian ... So it’s hard to say exactly why or how the friendship are born but it came about in a rather natural and easy way.

This leads me to the first positive aspect of "buddy boating" :  a real dynamic is created, an even balance. Christine and I love to move (change anchorage, to explore on land ...), see as many things as possible. She reads a lot about different places, and plans more. The men could discuss boatwork, and exchange tools and stuff. I served as interpreter when we were in French Polynesia. Jared and Christine had more knowledge than us on weather and probably also for navigation. We prepared all our itineraries or traded them ... I stored food for a regiment (our boat is bigger, we had a larger storage capacity), so we could help them out when we were in the middle of nowhere.
I am confident that our friendship has enabled us to see more things than if it were only us on our boat and them on their. Everyone had a little thing he wanted to see or do here and there. At four we have not seen four times as much (sometimes you have to make choices) but we definitely saw more. We somehow recreate a micro society where the qualities of each are for the benefit of all.

Then, it's easier to organize, as Ryan noted, without really noticing we followed a ancestral division of labor with the girls "gatherers" (to harvest fruit or get supplies in the stores) and men "hunters" (fishing). We often organized our meals together, sharing food according to what everyone had.
The exchange is an integral part of this set. Exchange of equipment, spare parts, food, information, "good plans" films, and invitations must be balanced for this to work.
When life goes well, it's a great dynamic and when life goes wrong, it makes even more sense. After our little accident and Ryan’s broken finger, Jared helped us with repairs, and anchoring the boat without a windlass (damaged), which would have been very difficult for us to do (or impossible) if we were alone. Jared thank you and sorry for your back!

What we do not realize right away is the importance that people take and how they can take root in our lives in a few months. At the same time we have probably never spent so much time and for such a long period with anyone outside of our relationship. We’re out of New Zealand since just a few weeks and we miss them already, and they do too. This is a good thing to look forward to when we return from our little break in Europe and the US. While we probably will not be in the same city we already know that we will end up seeing each other for new adventures on land this time!

And of course, we heard or saw other dynamics less attractive than ours. Between the boat that sticks to your butt and that you try desperately to leave behind or the ship with a little too nice organizer that tires you with too much enthusiasm. But we got lucky, and we’re really happy about it.

By living in our cities without moving much, we forget the value of trade and openness to strangers, it is true that there are often good childhood friends that you would not exchange for anything, but the life out of its cocoon, also has its benefits. That's how we could make a great Thanksgiving on Piko with Brittania (and family members visiting), and Architheutis and Kuheli (I never thought that so many people could fit on a boat of this size ). This also allowed us to discover some Swedish Christmas traditions with our friends Josefin and Ivan from Kuheli and play crazy games on Takalani with Stof and Sara from South AfricaAnd so, so much more…

In conclusion, it helps to have friends, it seems a little simplistic and not very new, but I do not lock myself in a "safe haven" at the end of the year as financial analysts say. I continue this back to basics and essential, a journey started a few years ago that began with choices as light as stopping buying clothes in large numbers or that are not adapted to our way of life for example, then continued with critical choices for food and water supplies, to end with a few thoughts on happiness, here is one: it is possible to live happily without many things and even much more than I was imagining, but not without others, and friendship is one of them.

Thank you friends from boats and everywhere.

Copains de voile, amitié et ouverture

Nous voilà arrivés à la fin du premier opus de notre voyage, on sait que l’on va se poser en Nouvelle Zélande pour quelques temps. Le rythme de vie va changer et les habitudes aussi. C’est le temps des bilans, je prépare un post sur nos endroits préférés dans le Pacifique Sud, nos projets d’aménagements sur le bateau et j’ai déjà rédigé une note des conseils ménagers...

Depuis que nous approchions de la fin du voyage, je voulais écrire sur le « buddy boating », les « copains de plaisance » en quelque sorte. Pour ceux qui ont lu le blog régulièrement, vous savez déjà quel nom va être attaché à ce post, mais il me semble important d'ajouter la liste des points forts du convoyage.

Petit retour en arrière, en avril 2011, ancrés à Atuona, Hiva Oa, on rencontre Jared et Christine Kibele à un potluck. On était en plein boum après qu’un bateau nous soit rentré dedans et on n’avait pas vu arriver une petite sœur de Shalimar, Architeuthis, un mariner de 30 pieds. Eux avaient bien remarqué et demandent à qui appartient l’autre "sistership" (navire jumeau) et on fait connaissance. Cela peut vous paraître un peu étrange de commencer une amitié sur un détail pareil (est-ce que vous arrêtez dans la rue n’importe quel conducteur qui aurait la voiture que vous et vous appellez vous "copains de twingo"?), mais il faut savoir que nos bateaux ont été construits à quelques centaines d' exemplaires, on en croisait parfois en Californie mais la possibilité d’en rencontrer un autre qui ferait le même voyage que nous nous semblait assez faible. C’était donc une sacrée surprise.

En dehors du bateau lui-même, nous avions d’autres points communs. Christine et moi avons à peu près le même âge et une tendance à avoir un peu de mal à rester en place.  Nous avons tous vécu  en Californie (eux au Nord, nous au Sud). Jared et Ryan ont aussi à peu près le même âge, avec une jeune femme chacun :) et aiment aller pêcher au fusil harpon… Bien sûr on est aussi très différents avec deux Californiens, une New-yorkaise et une Parisienne...Difficile donc de dire pourquoi ou comment naît l’amitié mais elle venue nous lier d’une façon assez naturelle et aisée.

Cela me mène au premier point positif du « body boating », une réelle dynamique se créé, un équilibre même. Christine et moi nous aimions bouger (changer de lieu de mouillage, aller explorer à terre…), voir un maximum de choses, elle a beaucoup lu sur différents endroits, et planifie davantage… Les hommes pouvaient discuter en cas de réparation à faire, s’échanger outils et trucs. J’ai servi d’interprète lorsque nous étions en Polynésie Française. Jared et Christine avaient plus de connaissances que nous au niveau météo et probablement en navigation aussi. On préparait nos itinéraires ensemble ou se les échangeait... J'avais embraqué de la nourriture pour un régiment (notre bateau étant plus grand, on avait une capacité de stockage plus importante), on pouvait donc les dépanner lorsque nous étions au milieu de nulle part. 
Je suis persuadée que notre amitié nous a permis de voir plus de choses que s’il ne s’agissait que de nous séparément sur nos bateaux. Chacun avait le petit truc qu’il voulait voir ou faire ici et là. A quatre on n'a pas vu quatre fois plus de choses (il faut parfois faire des choix) mais on en a vu définitivement plus. Nous avons en quelque sorte recrée une micro société où les qualités de chacun étaient à l’avantage de tous.
Puis, c’est plus facile de s’organiser, comme me l’a fait remarquer Ryan, sans réellement s’en apercevoir on a suivi une répartition des tâches ancestrale avec les filles « cueilleuses » (à la récolte des fruits ou en ravitaillement dans les magasins), les hommes « chasseurs » (pêche), on organisait souvent nos repas ensemble, partageant les denrées en fonction de ce que chacun avait.
L’échange fait partie intégrante de cet ensemble. Echange de matériel, de pièces détachées, de nourriture, d’informations, « de bons plans », de films, d'invitations et se doit d'être équilibré pour que cela marche je pense…
Quand la vie va bien, c’est une dynamique formidable, qui quand la vie va mal, prend tout son sens. Après notre petit accident et le doigt cassé de Ryan, Jared nous a aidé à la réparation, puis pendant un mois à ancrer le bateau au mouillage sans guindeau (endommagé). Ce qui aurait été très difficile à faire pour nous (voire impossible) si nous avions été seuls. Merci Jared et désolée pour ton dos!

Ce dont on ne se rend pas compte tout de suite c’est l’importance que les gens prennent et à quel point ils peuvent s’ancrer dans nos vies en quelques mois. Et en même temps on a probablement jamais passé autant de temps et pendant une période si longue avec personne en dehors de notre couple. On est hors de Nouvelle Zélande depuis quelques semaines et ils nous manquent, on pense à eux, et eux aussi. Voilà une bonne chose qui nous fera nous réjouir de rentrer après notre petit saut en Europe et aux EU. Même si nous ne serons probablement pas dans la même ville on sait déjà que l’on se retrouvera pour de nouvelles aventures sur terre cette fois-çi !

Et bien sûr, on a entendu ou vu d’autres dynamiques moins attirante que la notre. Entre le bateau qui vous colle au train et que vous essayez de semer désespérément ou bien le bateau « G.O » mais un peu trop Gentil Organisateur qui vous fatiguait de trop d’enthousiasme.  Mais on a eu de la chance, et on s'en félicite.

A vivre dans nos grandes villes sans en bouger beaucoup, on oublie la valeur de l’échange et de l’ouverture aux inconnus, il est vrai qu’on y a souvent de bons copains d’enfance qu’on échangerait pour rien au monde, mais la vie hors de son cocon, a elle aussi des avantages. C'est comme cela que nous avons pu faire un grand Thanksgiving sur Piko, avec Brittania (des membres de leur famille en visite), Architheutis et Kuheli (je n'aurais jamais cru que tant de personnes pouvaient tenir sur un bateau de cette taille). C'est aussi ce qui nous a permis de découvrir quelques traditions de Noël en Suède avec nos amis Josefin et Ivan du voilier Kuheli.

En conclusion , avoir des amis ça aide, ça semble un peu simpliste et pas très nouveau, mais je ne m’enferme pas dans une « valeur refuge » en cette fin d’année comme le diraient les analystes financiers. Je continue ce retour aux sources et à l’essentiel, cheminement commencé quelques années auparavant qui a débuté avec des choix légers comme de cesser d’acheter des vêtements en grand nombre ou qui ne seraient pas adaptés à notre mode de vie par exemple, qui s’est poursuivi avec des choix plus essentiels relevant des denrées alimentaires et réserves d’eau pour s’achever sur quelques petites réflexions sur le bonheur, en voilà une :  pour vivre heureux on peut se passer de bien des choses et même bien plus qu’on ne se l’imaginait, mais pas de certaines et l’amitié en fait partie.

Merci les amis de bateau et de partout.