vendredi 3 mai 2013

A new crew for Shalimar

Stella Louise was born on March 19 at 12:01am to start the day. A petite little girl at 5 pounds 11 ounces and 18.5 inches she is the most beautiful child that we have ever seen(don't all parents say that :). A new adventure begins for us and we feel very happy to have all three of us back on Shalimar.

Here is the story:

Finally! After a week's delay from her scheduled date in NZ, our little mermaid has arrived. Difficult to describe my state of impatience, but I can tell you that to help move things along once the due date passed, I was at the gym working out, walked to the market every day, hiked up the local mountain, rented a hotel room just to take a hot bath(twice) and finally visited an osteoarthritis to help move things along.

During this pre-work, there have been false leads. It was believed for a moment that my water broke. My mother tried to entice her granddaughter out by sending a new package of clothes, but Mademoiselle turned a deaf ear. There have been disappointments, I had pre-labour for more than a day and a half (it began on March 17 in the afternoon) and was unable to sleep the second part of the night and a full day of contractions stronger and weaker every 6 to 12 minutes without any real progress. There was a lot of discouragement the second evening when Raewyn our midwife told us to take a hotel room with a bath to help me relax and dilate, but not to expect anything would happen that day. I was already exhausted from lack of sleep and the contractions. We were on the evening of March 18.

Stella a few hours old

But there have also been little pleasures. I chatted with my mother and sister in the early morning of the 18th, they monitored the frequency of contractions, we talked about everything and nothing, all three cheered for the big event to come despite the distance. There was compassion, Raewyn called me a few  minutes after we have decided that nothing would happen the night of the18th to give us an appointment at the hospital for 7:30 that night to check that all was well. I burst into tears and handed Ryan the phone, he proceed to hang up on Raewyn because he thought the conversation was over, but called back shortly and confirmed. There was the love. Ryan was there every minute, at every step, with reassuring words and eyes full of love. Giving me a Cocobat (licorice candy from France) after each contraction (Thanks Mom for the care package and thank you Ryan for this great idea). There was some hope because even if the contractions were not close enough, the big moment was approaching.

Ryan dressing Stella for the first time.

Around 6:00pm on March 18, Ryan went to book a room at the hotel just in front of the marina and I jumped in the bath, it relaxed me a bit and helped me to manage the pain a little better. We had an appointment at the hospital in a hour and a half. We left for the hospital with out bags with all hope not to have to return that night. At 7:30pm Raewyn began to monitored the intensity and frequency of my contractions. They last long enough, but were still too far aparth, she told us that it might not be happening that night, but checked to see how dialated I was. She examined me and told us with a big smile that I was dilated 5 to 6 cm, concluding: "tonight we're going to Have a Baby" . I welcomed the news with relief, but knew we still had work to do!

8:00pm - Raewyn setup the bath in the water birth room and I'm sitting in it a few minutes later. Raewyn came and went, taking notes on the progress of work, gave me advice ... Ryan and I were in a small cocoon by ourselves most of the time. I had finally prepared a playlist of music that played from the iPad. Songs that had accompanied me in recent years, some before I met Ryan, some we had played on our wedding day, recordings of his grandfather ... I recommend it to everyone, it helped me to feel at "home" in this scene at the hospital. I was not always able to hear the music (not because I was screaming but because of the concentration it took, I would hear nothing except perhaps the voice of the midwife). Ryan feed me cookies between contractions, I ate to gain strength in the beginning. I tried the gas when the contractions started to get really strong, but apart from a throat that became bone dry I did not notice a difference, so after 2 attempts I stopped that. My water broke at some point, and I tried to push but I could not find a satisfactory position, so I came out of the water to give birth to our little fish on land.

10:30pm -  I was now in the delivery room on the bed. I tried to find a more satisfactory position, women who have given birth smile at these words because there really is no "good position" for the hard work! I was almost fully dilated, so there was no longer any possibility for an epidural, but I knew I had made the choice of bath knowingly it would facilitate the expansion naturally. Raewyn guiding me, telling me when to push, when to change position, I followed the directions, even if every change I felt closer and closer to say "no I do not want to", because I had even less desire to see things last forever and because she estimates she has personally deliver about 1,000 babies, which is at least 1,000 more than me. You have to be humble occasionally :)
Stella and Ryan on her first day, one of my favorite pictures.
I found it difficult to understand how to push effectively or successfully reproduce a good push. Raewyn said she could see a full head of dark hair. Ryan said he could see it too, so I asked to see in a mirror, it was interesting but also very impressive. I could feel the head coming out but also slip back after the contraction. I said: "But what happens if it gets stuck?". Ryan was always there he never turned away. He continued to apply cold compresses on my forehead (like a little paradise in the middle of the furnace my body was generating) and to let me "gently" crush his hand during contractions (including a few times the finger with the triple fracture from Tonga that does not normally bend like that), though he didn't mention that until later.

Finally the head started coming out, I felt a great burning while my body opened more. I pushed up to 4 times per contraction, trying to follow Raewyn when she told me to stop and then push again. Other moms during my parenting classes that had their babies first told me to listen to my midwife to not have tearing. During the last flare, I felt my legs tremble as if they were giving way under me. And the head is finally out, after that everything went very quickly. Raewyn had Ryan help pull our baby out. I could not see her well because I was on my knees facing away and the cord was too short. I heard gurgling. After a few moments, Ryan cut the cord. Finally I could sit down and hold our little girl to my chest. Ryan and I held her as Raewyn covered us with warm towels and put a wool cap on her little head. I finally got to see her.
I wish I could say that at that moment I had the highest thoughts and wisdom that came down on me, but all that came to mind is a terrible banality: "She is the most beautiful thing I've laid eyes on". I've heard it so many times before, but this time it was me saying it, and it was how I really felt. Ryan and I look on starry eyed at the appearance of our little gem. Raewyn helped me get her latched on and feeding but reviewing the video that Ryan made, I see that I knew absolutely nothing then. I stare at her, I caress her, nothing else exists. And I hate the word, but I told Ryan she was perfect. When we talked about it later, Ryan told me that once placed on my chest, a torrent of French words came out of my mouth. Curious to see how our nature and origins resume their hold in intense moments. At this moment we did not count her fingers or toes probably because it did not come to our mind, but also because it did not matter. It is probably because she had her small eyes wide open and alert looking at us, and her breath, I felt her warm little body against mine. Then I looked at Ryan and saw a new look because he has become a parent all of a sudden and our happiness was written all over our faces.
First photo of the family
Finally home

PS: I'm really sorry for the time it took me to put this article online. "We do not feel overwhelmed or even busy, we just realize at the end of each day that nothing else got done"- Ryan. A quote that I found so fitting. :)

un petit moussaillon pour Shalimar

Stella Louise est née le 19 mars à 00:01 pour bien commencer la journée. La petite crevette fesait 2,6 kg pour 47 cm et c'est la plus belle enfant que l'on a jamais vu (Ah bon, je l'ai déjà dit?). Une nouvelle aventure commence pour nous et on se sent très heureux de se retrouver à 3 sur Shalimar.

Enfin! Après une semaine de retard par rapport à sa date prevue en NZ, notre petite sirène est arrivée. Difficile de vous décrire mon état d'impatience, mais je peux vous dire que pour l'aider à se décider j'ai randonné à J-1, été à la salle de sport le jour J, marché chaque jour, pris des bains dans des chambres d'hôtel  et finalement été chez l'ostéo pour me faire déclencher naturellement.
Pendant cette phase de pré-travail, il y a eu des fausses pistes. On a cru un moment que mon liquide amniotique fuyait. Ma mère a essayé d'apater sa petite-fille avec l’envoi d'un nouveau colis mais Mademoiselle a fait la sourde oreille. Il y a eu des décéptions ; j'ai eu un pré-travail de plus d'une journée et demie (ça a commencé le 17 mars dans l'après-midi) avec impossibilité de dormir la seconde partie de la nuit et une journée entière de contractions plus ou moins fortes espacées de 6 à 12 minutes sans réel progrès. Il y a eu du découragement quand Raewyn notre sage-femme nous a dit de prendre une chambre d'hôtel avec un bain pour m'aider à dilater et me relaxer mais que rien n'arriverait ce jour-là. J'étais déjà épuisée par le manque de sommeil et les contractions. Nous étions le 18 mars au soir.

Stella quelques heures

Mais il y a aussi eu des petits bonheurs. J'ai chatté avec ma mère et ma soeur tôt le matin du 18, elles monitoraient la fréquence des contractions, on parlait de tout et de rien, toutes les trois réjouies par le grand évènement à venir malgré la distance. Il y a eu de la compassion, Raewyn m'a rappelée quelques dizaines de minute après nous avoir dit que rien n'arriverait la nuit du 18 pour nous donner RDV à l'hopital à 19h30 afin de vérifier que tout allait bien. J'ai fondu en larme et Ryan a raccroché car il croyait que la conversation était finie. Il a rappelé en s'exusant et a confirmé que oui, je pleurais un peu. Il y a eu de l'amour. Ryan a été là à chaque minute, à chaque pas, avec des paroles rassurantes, de l'amour plein les yeux et me donnant un cocobat (bonbon au réglisse de chez Haribo) après chaque contraction (Merci Maman pour le colis providentiel et merci Ryan pour cette idée géniale). Il y a eu de l'espoir parce que même si les contractions ne se rapprochaient pas le grand moment lui approchait et arriverait après la souffrance.
Ryan habille Stella pour la première fois

Vers 18 h le 18 mars, Ryan est allé réserver une chambre à l'hôtel juste en face de la marina et j'ai sauté dans le bain, ça m'a relaxée un peu et m'a aidée à gérer un peu mieux la douleur. On avait rdv à l'hôpital une heure et demie après. On est reparti avec tout nos sacs espérant ne pas avoir à revenir. A 19h30, Raewyn a commencé a monitoré l'intensité et la fréquence de mes contractions. Il y en a eu une bien costaude mais la fréquence n'était pas encore suffisante, elle nous a dit que ça risquait de ne pas être pour cette nuit puis elle m'a examinée et nous a dit avec un grand sourire que j'étais dilaté de 5 à 6 cm, en concluant : "tonight we're going to have a baby" (ce soir on va avoir un bébé). J'ai acceuilli la nouvelle avec un grand soulagement, tout en sachant qu'il nous restait du pain sur la planche!
20h00 : On a  mis le bain de l'hôpital en route et je m'y suis assise quelques minutes plus tard. Raewyn allait et venait, prenait des notes sur l'avancée du travail, me donnait des conseils... Ryan et moi on était dans un petit cocon. J'avais finalement préparé une playlist de musique qui s'échappait de l'Ipad avec des chansons qui m'avaient accompagnées ces dernières années certaines d'avant ma rencontre avec Ryan, d'autres datant d'après, comme celles que nous avions joué le jour de notre mariage, des enregistrements de son grand-père... Je recommande cela à tout le monde ça m'a permis de me sentir "chez moi" dans ce lieux un peu anonyme qu'est un hôpital, je n'ai pas toujours pu entendre la musique (non pas parce que je criais mais parce que parfois la concentration dans laquelle on est, fait que l'on entend plus rien sauf peut-être la voix de la sage-femme). Ryan me tendait des petits gâteaux que je mangeais pour prendre des forces au début. J'ai essayé le gaz quand les contractions ont commencées à devenir vraiment fortes mais en dehors d'une gorge qui devenait archi-sèche je n'ai pas senti grand chose alors après 2 essais j'ai laissé tombé. J'ai perdu les eaux dans ce bain, et j'ai essayé de pousser mais je n'arrivais pas à trouver une position satisfaisante alors je suis sortie de l'eau pour aller accoucher de notre petit poisson sur la terre ferme.
22h30 : On m'a transporté dans la "delivery suite" et j'ai essayé de trouver une position plus satisfaisante, les femmes qui ont déjà accouché souriront à ces mots parce qu'il n'y a pas vraiment de "bonne position" pour effecter ce dur labeur! J'étais presque totalement dilatée, il n'y avait donc plus de possibilité pour une péridurale et je le savais mais j'avais fait le choix du bain en connaissance de cause afin de faciliter la dilation naturellement. Raewyn me guidait, me disait quand pousser, quand changer de position, je suivais les indications même si à chaque changement je me sentais de plus en plus proche de dire "non j'ai pas envie", parce que j'avais encore moins envie de voir les choses s'éterniser et parce que selon ses estimations elle a du accoucher environ 1000 bébés personnellement et que mon expérience se réduisait à la tête à Toto, il faut savoir être humble (ou avoir un mimnimum de jugeotte) de temps en temps :)
Stella et Ryan premier jour, l'une de mes photos préférées
J'ai trouvé ça difficile de comprendre comment pousser efficacement ou de réussir à reproduire une bonne poussée. Puis Raewyn a dit qu'elle pouvait voir une tête pleine de cheveux foncés. Ryan a dit qu'il pouvait la voir aussi, alors j'ai demandé à voir par miroir interposé, c'était intéressant mais aussi très impressionnant. Je sentais la tête sortir parfois puis rerentrer avec dépit. Je me disais : "Mais comment je vais réussir à la faire sortir? Et si elle reste coincée?". Ryan était toujours là il ne tournait pas de l'oeil, il continuait à appliqué des compresses froides sur mon front (un vrai petit coin de paradis au milieu de la fournaise que générait mon corps) et à se laisser gentiment broyer la main (y compris le doigt avec la triple fracture faite aux îles Tonga). 

Enfin la tête a commencé à sortir, j'ai senti une grande brûlure alors que mon corps s'ouvrait de plus en plus. Je poussais jusqu'à 4 fois par contractions en essayant de suivre Raewyn quand elle me disait de m'arrêter puis de pousser de nouveau. Les autres Mamans de mon cours d'accouchement sans douleur m'avaient dit de bien écouter ma sage-femme afin de ne pas avoir d'épisio ou de déchirure. Pendant les dernières poussées, je sentais mes jambes trembler comme si elles allaient se dérober sous moi. Et la tête est finalement sortie, après cela tout est allé très vite, Ryan et Raewyn ont aidé notre bébé à sortir entièrement. Je ne pouvais pas bien la voir car j'étais sur mes genoux et le cordon était trop court. Je l'ai entendu gargouiller. Après quelques minutes, Ryan a coupé le cordon. J’ai pu m’asseoire et Raewyn m’a mis notre petite fille sur la poitrine, nous a recouvertes avec des serviettes chaudes et posé un bonnet de laine sur sa petite tête. J’ai enfin pu la voir.

Je voudrais pouvoir dire qu’en cet instant j'ai eu les pensées les plus élevées et qu'une grande sagesse est descendue sur moi, mais tout ce qui m'est venu à l'esprit est d'une terrible banalité : "C'est la plus belle chose sur laquelle j'ai posé les yeux." J'avais entendu cela tant de fois, mais je ne savais pas combien derrière la trivialité du propos se cachait un pouvoir incroyable. Parce que cette fois c'est MOI qui le disais et surtout parce que cette fois c'était MOI qui le ressentais. Ryan et moi on s'est regardé un peu sonné par l'apparition de notre petite merveille. Raewyn m'a aidé à la mettre au sein qu'elle a têté un peu mais en revoyant la video que Ryan a fait de ce moment, je vois bien que je n'y connaissais absoluement rien, je la regarde, je la caresse, plus rien n'existe. Et moi qui déteste ce mot, j'ai dit à Ryan qu'elle était parfaite. Quand nous avons reparlé de cet instant Ryan m'a dit qu'une fois posée sur ma poitrine, un torrent de mots en Français est sorti de ma bouche. Etrange de voir comment la nature et les origines reprennent leur droit dans les moments intenses. En cet instant on n'a pas compté ses doigts ou ses doigts de pieds probablement parce que ça ne nous est pas venu à l'esprit mais aussi parce que peu importait. On s'est contemplé parce qu'elle avait ses petits yeux bien ouverts et alertes, on s'est respiré aussi, j'ai senti son tout petit corps chaud contre le mien. Puis j'ai regardé Ryan d'un oeil nouveau parce qu'on venait de devenir parent d'un seul coup et que notre bonheur se lisait sur nos visages.

Première photo de famille
retour à la maison
PS: Je suis vraiment désolée du temps que cela m'a pris de mettre enfin en ligne cet article. "On ne se sent pas débordé, on réalise juste à la fin de la journée qu'on a pas pu faire tout ce que l'on avait prévu" citation de Ryan que je trouve si juste. :)